FMC: Formation Médicale Continue


Trouve les Cours de:

samedi 13 octobre 2018

Oedème aigu pulmonaire OAP Cours de Cardiologie

Cours de Cardiologie

 OAP: Oedème aigu pulmonaire

 OAP: Oedème aigu pulmonaireL’œdème pulmonaire est défini comme une accumulation de fluides et de solutés dans les espaces extravasculaires pulmonaires. Une des conséquences principales de l’œdème pulmonaire est l’inondation des alvéoles pulmonaires, susceptible d’entraîner très rapidement une insuffisance respiratoire aiguë. L’OAP cardiogénique est un œdème de mécanisme hydrostatique dans lequel l’augmentation des pressions microvasculaires pulmonaires (capillaires et veinules pulmonaires) est liée à l’insuffisance cardiaque gauche « congestive ». Ce type d’œdème pulmonaire s’oppose schématiquement aux œdèmes de perméabilité (encore appelés « lésionnels »), dans lesquels le mécanisme causal est représenté par une altération anatomique de la membrane alvéolocapillaire.

SIGNES CLINIQUES: Il s’agit habituellement d’un diagnostic clinique aisé dans sa forme typique : sujet pâle, cyanosé, froid, couvert de sueurs, avec une tachypnée superficielle et une orthopnée (assis au bord de son lit), angoissé avec oppression thoracique « en chape de plomb ».
 Le patient se plaint d’une toux avec grésillement laryngé, ramenant une expectoration fréquemment « rose saumoné ».
Le début est souvent nocturne, brutal.
 L’examen clinique appréciera l’existence de signes de gravité (voir encadré) et confirmera le diagnostic évoqué dès l’inspection : ● auscultation cardiaque : tachycardie, bruit de galop gauche. Éventuellement, souffle systolique ; ● auscultation pulmonaire : râles crépitants envahissant les deux champs pulmonaires en « marée montante » ; ● hypertension artérielle systolodiastolique habituelle ; plus rarement, pression artérielle basse et pincée (facteur de gravité).

Signes cliniques de gravité de l’OAP :
Tachypnée > 30/min, bradypnée
 Cyanose, marbrures
 Troubles de la conscience
 PA < 110 mmHg
 Rapidité de la détérioration clinique

Étiologies les principales étiologies de l’OAP cardiogénique 

Cardiopathies hypertensives  HTA essentielle, maligne, pré-éclamptique

 Cardiopathies ischémiques
Infarctus du myocarde L’OAP peut être lié :
 – à l’étendue de la nécrose ou à l’importance de l’ischémie satellite en phase aiguë
 – à un trouble du rythme supraventriculaire ou ventriculaire ou à un trouble de la conduction (vagal ou bloc de haut degré) – à une complication mécanique : • rupture septale • dysfonction ou rupture de pilier
 – à plus long terme : • ectasie pariétale • cardiopathie ischémique avec déchéance myocardique
Angor

Valvulopathies aiguës ou chroniques du cœur gauche L’OAP est un argument pour un remplacement valvulaire proche. Éliminer une endocardite aiguë si contexte fébrile.

Troubles paroxystiques du rythme et de la conduction cardiaque – Arythmie rapide par fibrillation auriculaire (ACFA) .

Éliminer : • une cardiothyréose • une préexcitation ventriculaire (WPW) avec conduction antérograde par la voie accessoire – Tachycardie supraventriculaire avec conduction nodale rapide : flutter, tachysystolie – Tachycardie ventriculaire – Bloc auriculoventriculaire avec rythme d’échappement lent
Cardiomyopathies non obstructives (CMNO) – Primitives ou idiopathiques – Secondaires (toxiques, inflammatoires, métaboliques, endocriniennes, etc.)
Autres causes – Myocardites aiguës infectieuses ou toxiques – Cardiopathies congénitales .


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire