La Carte d'identité du Coronavirus
Coronavirus

Les coronavirus forment un grand groupe de virus infectant les mammifères et les oiseaux ; cinq d’entre eux infectent l’homme : HCoV 229E etOC43, connus depuis les années 1960, SARS-CoV identifié en mars 2003 lors de l’épidémie de syndrome de détresse respiratoire aigu sévère,NL63 et HKU1, identifiés respectivement en 2004 et 2005. Ce sont des virus enveloppés dont le génome est une molécule d’ARN de polarité positive de très grande taille. Leur mode évolutif fait intervenir plusieurs paramètres : la génération de nombreux mutants lors de la réplication,responsable d’une distribution en quasi-espèces de la population virale, la capacité à établir des infections persistantes, la possibilité de délétions importantes, la grande flexibilité du génome due à un fort taux de recombinaisons homologues et hétérologues, la capacité à franchir les barrières d’espèces et à s’adapter au nouvel environnement. Les coronavirus (hors SARS-CoV) sont ubiquitaires et circulent sous forme épidémique. Les différents HCoV co-circulent avec une distribution entre les types qui est variable selon les années et les régions géographiques.

Ce sont essentiellement des virus responsables d’infections respiratoires hautes et basses. Le SARS-CoV est, lui, un virus émergent responsable del’épidémie de pneumopathies atypiques entre novembre 2002 et juillet 2003. Sa circulation a été interrompue grâce à la mise en place de mesures sanitaires drastiques.

Actuellement, La maladie à coronavirus 2019 ou COVID-19 (coronavirus disease 2019), est une maladie infectieuse émergente de type zoonose virale, provoquée par le coronavirus SARS-CoV-2 (ex 2019-nCoV), responsable à partir de novembre 2019 à Wuhan (capitale de la province du Hubei, en Chine centrale) d’une épidémie, requalifiée en mars 2020 par l’OMS en pandémie.

L’implication des HCoV dans des pathologies digestives et neurologiques reste à préciser. La détection des coronavirus est difficile, et fait appel surtout à des techniques moléculaires. Il n’existe actuellement aucun traitement spécifique des infections à HCoV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *