HYPERTRIGLYCERIDEMIE  hypertriglyceridemia

hypertriglyceridemia

Surcharge en triglycérides et en protéines de transport (lipoprotéines) par défaut de synthèse ou de dégradation. L’hypertriglycéridémie se définit par un taux supérieur à 1,5 g/l. Les lipoprotéines contenant des triglycérides sont les VLDL sécrétées par le foie, les chylomicrons absorbés par l’intestin en période post-prandiale, les IDL ( IDL: lipoprotéines de densité intermédiaire) provenant de la dégradation des VLDL.

Génétique 

Type Hyperlipidémie Substance Augmentation DépendanceMode de Transmission Enzymopathie  Fréquence 
 type I:chylomicrons  dépend des graisses exogènes.  Transmission autosomique récessive Déficit complet en lipoprotéine lipase.(1/106)
 type IV des VLDL dépend du poids, de la consommation d’alcool et de sucre Transmission autosomique dominante et facteurs environnants  forme mineure ,forme majeure.  Assez fréquente
 type V association des types I et IV Très rare 
 mixtes types IIb et III hypertriglycéridémie et hypercholestérolémie

Étiologie

  1. Hypertriglycéridémies primitives (sporadique, génétique) 
  2. Hypertriglycéridémies secondaires 
    • Diabète sucré 
    • Syndrome néphrotique, insuffisance rénale chronique, dialyse 
    • Syndrome de Cushing 
    • Acromégalie 
    • Grossesse (par hyperœstrogénie) 
    • Obésité, alcool 
    Iatrogènes: 
    • œstrogènes , œstroprogestatifs
    • ß-bloquants
    • diurétiques
    • corticoïdes et rétinoïdes. 
    • Colestyramine (élévation modeste)

Facteurs de risque: Antécédents familiaux, obésité, diabète, alcoolisme, médicaments cités plus haut Pathologies associées: • Chez l’alcoolique, association entre hypertriglycéridémie et anémie hémolytique (syndrome de Zieve) • Association à une hypercholestérolémie dans les dyslipidémies mixtes Symptomatologie: Les symptômes sont manifestes dans une hypertriglycéridémie importante. 

  1. Douleurs abdominales post-prandiales, pancréatites aiguës 
  2. Xanthomatose éruptive: nodules jaunâtres retrouvés sur le tronc, les épaules et les cuisses (formes majeures)
  3. Surcharge au fond d’œil 
  4. Hépatosplénomégalie, stéatose hépatique 
  5. Neuropathie périphérique 
  6. Troubles de mémoire 
  7. Crises de goutte 
  8. Nécrose aseptique de la tête fémorale 
  9. Le risque athérogène des hypertriglycéridémies importantes est maintenant bien connu. 
  10. Signes d’hypercholestérolémie dans les dyslipidémies mixtes
  11. Complications: Pancréatite aiguë  Athérosclérose

 Bilan biologique : Bilan lipidique Glycémie, uricémie, créatinine, bilan hépatique, bilan endocrinien en présence de points d’appel cliniques 

  1. Un sérum lactescent signe la présence de chylomicrons. Dosage des triglycérides après 12 h de jeûne. Taux désirable inférieur à 1,3 g/l chez l’homme, 1,10 g/l chez la femme (1 g = 1,15 mM); hypertriglycéridémie à partir de 1,5, majeure au-delà de 5 g/l. Taux à contrôler une ou deux fois, à un mois d’intervalle, dans le même laboratoire, avant d’affirmer le diagnostic. 
  2. Dosage du cholestérol, du HDL cholestérol, Apo B et ApoA1, lipoprotéine A.
  3. Électrophorèse des lipoprotéines 
  4. Profils biologiques  1-Type IV, sérum trouble, cholestérol normal (ou légèrement augmenté), triglycérides élevés, HDL et ApoA1 diminués (sauf prise d’œstroprogestatifs, alcool, corticoïdes, hypothyroïdie), augmentation des VLDL lipoprotéines de très faible densité (pré-ß-lipoprotéine à l’électrophorèse) 2-Type I, sérum lactescent, augmentation des triglycérides, des chylomicrons et un peu du cholestérol

Traitement 

  1. Traitement de la cause en cas d’hypertriglycéridémie secondaire 
  2. Traitement essentiellement diététique. Si échec d’un régime bien suivi et d’un arrêt de l’alcool pendant 3 mois, introduction possible des fibrates • But du traitement: prévention des complications graves (pancréatite, accidents vasculaires, surtout si facteurs de risque associés) l’ activité physique régulière (diminue les triglycérides)

Régime: Base du traitement 

  1. Type IV (et hyperlipidémies mixtes): régime hypocalorique en cas de surpoids, arrêt des sucres rapides et apports limités en sucres lents. Répartition: 55% d’hydrates de carbone, 15% de protéines et moins de 30% de lipides. Favoriser la consommation de poissons gras qui apportent des acides gras hypotriglycéridémiants (dits oméga3). Arrêt définitif du tabac et de l’alcool 
  2. Type I: régime hypolipidique (<15 g/j), seuls sont autorisés les triglycérides à chaîne moyenne. Par exemple, l’huile Cérès, Lipocil, Tricème 
  3.  Type V: régime hypolipidique et hypoglucidique très astreignant 

Évolution et pronostic: Bons dans atteintes secondaires après traitement de la cause ,Les hypertriglycéridémies répondent en général bien au régime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 10 =