ANOREXIE MENTALE 

GASTRO-ENTÉROLOGIE

Définition: est une restriction alimentaire avec peur intense de devenir trop grosse, et perte de poids importante, aménorrhée sans atteinte organique, trouble fonctionnel du systèmes nerveux, digestif, cardiovasculaire, endocrinien…, fréquente chez l’adolescence et adulte jeune, sexe de prédilection femme dans 90% des cas. d’étiologie inconnue. peut être associer à (  Boulimie , Dépression , Trouble obsessionnel-compulsif , Troubles de la personnalité ) .

Anorexie mentale
Anorexie mentale

Facteurs de risque: 

  1. Culture occidentale 
  2. Troubles de l’identité, de la perception corporelle 
  3. Sportives, danseuses, gymnastes

Signes cliniques : début progressif , parfois stress déclenchant 

  1. Perte de poids >15% du poids habituel 
  2. Déni du problème 
  3. Persistance de la sensation d’être trop grosse 
  4. Aménorrhée secondaire 
  5. Activités physiques intenses 
  6. Vomissements provoquées 
  7. Consommation de diurétiques, d’anorexigènes 
  8. Troubles cutanés, troubles hydroélectrolytiques 
  9. Œdèmes périphériques

Diagnostic différentiel: anorexie mental est un diagnostiqc d’elimination , il faut d’abord eliminer les affection suivantes :

  1. Troubles organiques (tumeurs cérébrales, endocrinopathies, troubles digestifs…) 
  2. Troubles psychiatriques (dépression, schizophrénie…)

Examens complémentaires : 

  1. Signes de déshydratation et de carence, hypokaliémie 
  2. Diminution FSH, LH, T3 
  3. Augmentation du cortisol, de l’hormone de croissance
  4. Scanner cérébral pour éliminer une pathologie organique

Démarche diagnostique: 

  1. Évaluation clinique psychiatrique 
  2. Test psychologique de personnalité 
  3. Études des habitudes et des croyances alimentaires

 Traitement : hospitalisation si perte de poids importante, idées de suicide, troubles électrolytiques

En hospitalisation 

  1. Isolement en unité spécialisée 
  2. Contrat de reprise de poids progressive 
  3. Surveillance des repas, diminution de l’activité physique 
  4. Psychothérapie de soutien 
  5. Restauration des comportements alimentaires 
  6. Thérapie comportementale et cognitive 
  7. Relaxation avant les repas 
  8. Sonde gastrique ou alimentation parentérale si poids trop faible 

En ambulatoire 

  1. Thérapie de soutien régulière 
  2. Contrat de reprise de poids 
  3. Thérapie comportementale et cognitive 
  4. Thérapie psychanalytique 
  5. Thérapie de groupe

Régime: diversification alimentaire, evaluation des croyances alimentaires, reprise progressive de repas variés (diversification alimentaire)

Aucun psychotrope systématique, prescription si troubles associés (dépression, anxiété), si boulimie associée, fluoxétine 

Surveillance: pesées régulières , évaluation du comportement alimentaire, état psychologique (dépression, anxiété…) , surveillance plus importante, fonction du poids

Complications:

  1. Organiques: déshydratation, hypokaliémie avec troubles cardiaques, dilatation gastrique, convulsions, ostéoporose…
  2. Psychiatriques: boulimies, dépression, suicide, crise d’angoisse.
  3. Chez l’enfant problème de croissance .
  4. Grossesse: chez la femme enceinte pouvent aggravation du trouble et problème de retard de croissance du fœtus.

Évolution :

  1. 1/3 guérison
  2. 1/3 amélioration partielle
  3. 1/3 aggravation et chronicité
  4. 10% de décès
  5. Moins bon pronostic si début tardif, si boulimie associée

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *