SYNDROME DU COLON IRRITABLE Colite spasmodique Colopathie fonctionnelle

SYNDROME DU COLON IRRITABLE Colite spasmodique Colopathie fonctionnelle

Cours de GASTRO-ENTÉROLOGIE

maladie du colon SYNDROME DU COLON IRRITABLE Colite spasmodique.

Définition: Perturbation du fonctionnement colique avec douleurs et flatulences, en l’absence de lésions organiques du côlon. il existe une prédisposition familiale touche les deux sexe 2  Femme pour 1 homme ,fréquent vers la fin de la deuxième décennie, rarement dans l’adolescence , après 40 ans, il faut envisager en premier lieu d’autres pathologies. Elles sont divisées en quatre groupes: Alternance diarrhée constipation Diarrhée nerveuse Constipation prédominante Ballonnement abdominal et inconfort
Étiologie: Inconnue mais les patients présentent quelques anomalies de la motricité intestinale avec une augmentation de la réponse au stress et aux autres stimulants, ainsi qu’une augmentation des contractions du muscle lisse intestinal à trois cycles par minute. membres de la famille présentant les mêmes troubles ou des troubles apparentés , somatisation hypochondriaque , les troubles fonctionnels coliques peut s’accompagner de migraine , dyspareunie ,dépression, myalgies, lésions radiques du côlon ,pollakiurie .
Signes cliniques : Tous les signes surviennent chez la plupart des patients mais pas simultanément lors de chaque épisode :Douleurs abdominales, généralement prédominantes dans les quadrants inférieurs, soulagées par l’émission des selles Présence de mucus dans les selles Selles de consistance anormale Constipation Diarrhée Distension abdominale Ballonnement Gêne abdominale prédominant après les repas Défécation impérieuse Sensation d’exonération incomplète Nausées, vomissements
Diagnostic différentiel: 
Diverticulose Diabète
Maladie cœliaque 
Adénome villeux 
Colites inflammatoires ( Crohn RCUH )
Tumeurs endocrines 
Dépression 
Intolérance au lactose 
Infections (lambliase, amibiase, salmonellose, Campylobacter, Yersinia, Clostridium difficile) 
Utilisation d’antiacides à base de magnésium Insuffisance pancréatique Adénocarcinome colique 
Hypothyroïdie ou hyperthyroïdie  
Examens complémentaires : Ceux nécessaires au diagnostic différentiel; tous les résultats sont ici normaux. Bilan inflammatoire ,NFS , bilan hépatique , ionogramme sanguin, urée et créatininémie Coprocultures et examen parasitologique des selles Coloscopie en cas de suspicion d’organicité (antécédents familiaux de tumeurs colorectales, altération de l’état général, symptomatologie atypique, présence de sang dans les selles, modification de la symptomatologie )Le lavement baryté, s’il est indiqué, peut objectiver  une activité contractile excessive.La sigmoïdoscopie (le plus souvent normale) peut mettre en évidence une quantité de mucus anormale, un aspect des plis semblable à celui du grêle. L’insufflation reproduit la symptomatologie. Une contraction ou un spasme peut être constaté.
Traitement :
1 ) Mesures hygièno-diététiques: Régime augmenter l’apport en fibres (fruits, légumes frais et légumes secs, lentilles, haricots secs) ,éviter les repas trop copieux, trop épicés, trop gras, les fritures, les produits laitiers Réchauffement de l’abdomen parfois utile Apprentissage des techniques de biofeedback 
Diminuer le stress Éducation du patient (rassurer, expliquer l’authenticité de l’affection, le faire aller à la selle à heure fixe)
2 ) Traitement médical :Produits augmentant le bol fécal (son) en augmentant progressivement la posologie pour éviter les flatulences, 5 à 15 g/j à prendre avec un grand verre d’eau ( colon cleanse ) hydrotherapie du colon .Ralentisseurs du transit: lopéramide deux gélules puis une après chaque selle molle, sans dépasser 8 gélules par jour 
Antispasmodiques: mebevérine 200 mg, 1 gélule matin et soir, pinavérium, trimébutineLaxatifs non irritants: lactulose 1 à 3 sachets par jour, de préférence le soir.
Évolution : pas d’évolution vers la cancérisation ni les colites inflammatoires, récidives fréquentes, surtout en cas de stress.
La fréquence des manifestations a tendance à diminuer avec l’âge.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 5 =