LAMBLIASE Giardiase

Cours de GASTRO-ENTÉROLOGIE LAMBLIASE Giardiase

LAMBLIASE Giardiase
Définition: Parasitose intestinale cosmopolite, bien que plus fréquente dans les pays en voie de développement que dans les pays industrialisés (due à Giardia intestinalis). La transmission du parasite se fait principalement par ingestion d’eau ou d’aliments contaminés par les formes kystiques du parasite qui se forment dans l’iléon et le côlon des divers hôtes. Les kystes de lamblias peuvent résister pendant plusieurs semaines dans l’eau froide et sont notamment insensibles aux concentrations de chlore utilisées couramment dans les systèmes d’épuration des collectivités. D’autres modes de transmission sont possibles (de personne à personne en l’absence de mesures d’hygiène, transmission sexuelle en cas de contact oro-anal). Les cas de lambliases surviennent soit de façon isolée, soit plus volontiers par petits foyers épidémiques au sein d’une collectivité. Il s’agit aussi d’un des agents de la diarrhée du voyageur.
Étiologie: Protozoaire Giardia intestinalis. La libération des trophozoïtes à partir des kystes se fait dans le duodénum sous l’effet des enzymes pancréatiques. Les trophozoïtes adhèrent à la surface épithéliale par une ventouse ventrale. Les mécanismes de la diarrhée ne sont pas clairement établis.
Facteurs de risque: Voyage (mais non exclusivement), épidémie collective Bas niveau d’hygiène Homosexualité masculine , Sexe : très légèrement prédominance  masculine Déficit immunitaire : hypogammaglobulinémies, déficit en IgA, immunodépression cellulaire ( sida ) ( risque de formes prolongées ). favorise notamment la pérennisation de la parasitose. 
Signes cliniques: symptomatologie , nombreuses formes asymptomatiques (25-50%) Diarrhée aqueuse non fébrile, parfois intermittente, pouvant parfois se prolonger pendant plusieurs semaines Douleurs épigastriques, pseudo-ulcéreuses, accompagnant ou non le syndrome diarrhéique Ballonnement, flatulences, nausées Anorexie et amaigrissement dans les formes prolongées, la diarrhée devenant alors volontiers de type graisseuse et associée à des signes biologiques de mal absorption .
Examens complémentaires : Parasitologie des selles, éventuellement répétée : examen parasitologique des selles, répété au besoin, retrouvant des kystes ou des formes végétatives .Fibroscopie avec biopsies duodénales et/ou aspiration de liquide duodénal si besoin  : le parasite n’est parfois retrouvé qu’au tubage duodénal ou par fibroscopie gastrique.Les biopsies duodénales : étude anatomie pathologique  retrouvent des parasites à la surface de l’épithélium et un discret infiltrat inflammatoire.
Diagnostic différentiel: Maladie ulcéreuse dans les formes douloureuses pures Autres parasitoses intestinales (amibiase, cryptosporidiose, voire isosporose ou infection à Cyclospora) Infections bactériennes (E. coli entérotoxinogène, Salmonella, Yersinia enterolytica, Campylobacter jejuni Colopathies fonctionnelles
Traitement : Traitement symptomatique: régime , boissons abondantes ( éviter la déshydratation ) Traitement antiparasitaire Les dérivés 5 nitro-imidazolés (1,5 à 2 g/j) ont une efficacité dépassant 85%. La durée habituelle du traitement est de 5 jours (métronidazole, secnidazole, ornidazole, tinidazole). Précautions d’emploi: Réduire les doses en cas d’insuffisance rénale , Éviter pendant le premier trimestre de la grossesse et l’allaitement , effet antabuse avec l’alcool . Interactions médicamenteuses: Eviter l’association au disulfirame (troubles psychiques), surveiller les associations avec les antivitamines K, le fluoro-uracile, le vécuroniumParomomycine (pendant la grossesse), quinacrine Dépistage et éventuellement traitement de l’entourage
Prophylaxie : mesures hygiéno-diététiques lavage des mains , hygiène collective
Complications: Malabsorption des formes prolongées ( rôle favorisant d’un déficit immunitaire ) fréquent chez le petit enfant; risque de déshydratation, de malnutrition , sujet âgé: plus grand risque de complications générales secondaires à une déshydratation .
Évolution : Une lambliase non traitée peut se pérenniser pendant plusieurs semaines. les formes traitées guérissent généralement après une à deux cures.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
15 − 7 =