GASTRO-ENTÉROLOGIE : PARASITOSE DIGESTIVE

 PARASITOSE  DIGESTIVE

Définition: Infestation digestive par des parasites à type de vers (helminthes), soit ronds (nématodes) soit plats (trématodes et cestodes). Les parasitoses intestinales font partie des infections humaines les plus fréquentes. Elles peuvent être retrouvées pour la plupart d’entre elles sous tous les climats, mais certaines sont cependant plus spécifiques de zones géographiques particulières. Quelques parasites peuvent migrer hors du tube digestif, soit spontanément, soit du fait d’une immunodépression de l’hôte.
Épidémiologie : parasitose intestinaleparasitose digestive  
Âge : Enfant, bien que tous les âges puissent être concernés
Sexe de prédilection: Homme = femme
ÉtiologieOxyurose – Enterobius vermicularis, nématode de 10 mm de long – Contamination par ingestion d’œufs (fruits et légumes contaminés, transfert d’œufs depuis la marge anale par des doigts souillés) 
Ascaridiase – Ascaris lumbricoides, nématode de 15 à 25 cm de long – Contamination par ingestion directe d’œufs embryonnés (crudités, eau ou terre souillées); la larve libérée dans l’intestin grêle perfore la paroi digestive, migre vers les poumons (voies sanguine et lymphatique), franchit la paroi alvéolaire, remonte l’arbre respiratoire et est déglutie dans l’œsophage. La larve devient adulte dans le jéjunum 2 à 3 mois après l’ingestion.
Trichocéphalose – Trichuris trichiuria, nématode blanc de 3 à 5 cm de long – Contamination par ingestion directe d’œufs embryonnés (crudités, eau ou terre souillées). L’œuf éclôt dans le grêle, la larve migrant ensuite dans le côlon où elle devient mature. 
Anisakiase: ingestion d’anisakides, larves d’ascaris du genre Pseudoterranova (poissons crus)
Ankylostomiase – Ancylostoma duodenale et Necator americanus, nématodes de 10 mm de long – Les larves pénètrent activement à travers la peau saine sur un sol chaud et humide; le parasite gagne le cœur droit, les poumons, franchit la paroi alvéolaire, remonte l’arbre respiratoire et est dégluti dans l’œsophage. 
Anguillulose : strongyloïdose – Strongyloides stercoralis: nématode de 3 mm de long – Même mode de contamination et même cycle parasitaire que l’ankylostome 
Tæniase – Tænia solium, Tænia saginata, Hymenolepis nana; cestodes de tailles variables – Contamination par ingestion d’œufs (fruits et légumes souillés, contamination directe) (H. nana) ou de viandes contaminées T. solium (porc) et T. saginata (bœuf) 
Bothriocéphalose – Diphyllobothrium latum – Contamination par ingestion d’embryons (poisson cru infecté)
Facteurs de risque: 
Oxyurose: épidémies dans les petites communautés, dans les familles; très fréquente chez l’enfant. Possible transmission sexuelle en cas d’homosexualité 
Ascaridiase: mauvaises conditions d’hygiène, voyageurs provenant des régions tropicales 
Anisakiase: consommation de poissons crus, particulièrement en Extrême-Orient 
Trichocéphalose: séjour en région intertropicale (mais existe dans le monde entier) 
Ankylostomiase: séjour en région intertropicale, mais retrouvée dans de nombreuses zones géographiques (bassin méditerranéen entre autres). 900 millions d’individus seraient infectés. 
Anguillulose – Séjour en région intertropicale – Risque de formes malignes en cas d’immunodépression et de corticothérapie 
Tæniase – Tænia saginata: viande de bœuf insuffisamment cuite (le plus fréquent en France) – Tænia solium: viande de porc insuffisamment cuite – Hymenolepis nana: contact direct avec un sujet infecté ou ingestion des œufs (le plus fréquemment acquis de façon autochtone aux USA, surtout dans le sud) 
Bothriocéphalose: consommation de poisson cru 
Symptomatologie: Nombreuses sont les infections asymptomatiques ou pauci-symptomatiques et bâtardes (dyspepsie, douleurs abdominales d’intensité et de siège variables, diarrhée d’évolution capricieuse, amaigrissement généralement peu marqué…).  Possibles manifestations plus évocatrices en cas de – Oxyurose: prurit anal (vespéral ou nocturne) avec possibles lésions de grattage; vulvo-vaginite possible chez la fillette – Ascaridiase: syndrome de Löffler (migration larvaire): fièvre à 38,5°C, toux quinteuse, infiltrat pulmonaire mal limité. Complications exceptionnelles (cholestase extrahépatique, pancréatite aiguë) – Trichocéphalose: syndrome rectal sévère dans les formes graves – Ankylostomiase: toux sèche souvent fébrile (phase de migration); anémie en cas d’infestation massive – Anguillulose: éruptions urticariennes linéaires prurigineuses, exceptionnel syndrome de Löffler (migration larvaire), douleurs pseudo-ulcéreuses; syndrome de malabsorption dans les formes graves – Cysticercose (migration tissulaire de T. solium): céphalées, crises convulsives, troubles oculaires – Bothriocéphalose: carence en vitamine B12
Diagnostic différentiel: Tout trouble digestif Maladie de Biermer (bothriocéphalose) Anémie ferriprive (ankylostomiase, trichocéphalose)
Examens complémentaires :   Hyperéosinophilie – Souvent précoce – Variable dans le temps et selon la nature du parasite – L’absence d’hyperéosinophilie ne permet pas d’éliminer le diagnostic. Sérodiagnostic: il existe des sérodiagnostics pour plusieurs parasitoses, en pratique peu utiles car peu sensibles et nombreuses réactions croisées. Il est en fait surtout utile pour l’anikiase. Mise en évidence directe de la parasitose – Oxyurose: vers adultes dans les selles ou sur la marge anale, scotch-test à la recherche d’œufs; examen parasitologique des selles souvent négatif – Ascaridiase: présence d’œufs dans les selles
– Anisakiase: présence de larves enkystées dans la paroi gastrique lors d’une fibroscopie
– Trichocéphalose: présence d’œufs dans les selles – Ankylostomiase: présence d’œufs dans les selles
– Anguillulose: présence d’œufs dans les selles
– Tæniase: émission d’anneaux, parasitologie des selles, scotch-test à la recherche d’œufs Fond d’œil pour les localisations oculaires de la cysticercose Scanner cérébral pour visualiser les formes calcifiées de T. solium
Traitement : Lavage des fruits et légumes , cuire suffisamment les viandes pour éviter la transmission des tæniases Dépistage dans l’entourage en cas de parasite se transmettant d’homme à homme Chirurgie parfois indiquée dans certaines formes de migrations tissulaires Traitement antiparasitaire 
Les indications : Oxyurose: flubendazole 100 mg en une prise unique, à renouveler après 15 jAscaridiase: flubendazole 100 mg matin et soir pendant 3 jTrichocéphalose: flubendazole 100 mg matin et soir pendant 3 jAnkylostomiase: flubendazole 100 mg matin et soir pendant 3 j; à renouveler en cas d’infestation massive; traitement martial en cas de carence en fer Anguillulose: tiabendazole (ou albendazole) 25 mg/kg matin et soir pendant 3 j (une journée chez l’enfant)Tæniase: niclosamide 2 comprimés à 2 heures d’intervalle chez l’adulte (dose réduite chez enfant) Cysticercose neurologique: praziquantel pendant 15 j
Contre-indications: Flubendazole: grossesse au premier trimestre  Tiabendazole: antécédents d’hypersensibilité au tiabendazole, grossesse et allaitement Niclosamide: absorption d’alcool et de boissons alcalines pendant les heures qui précédent et suivent la cure Praziquantel: cysticercose oculaire
Précautions d’emploi: Tiabendazole, utiliser avec prudence en cas d’insuffisance hépatique ou rénale
Interactions médicamenteuses: Potentialisation réciproque avec la théophylline et ses dérivésAutres médicaments utilisables: Ascaridiase et ankylostomiase: pyrantel , Cysticercose: albendazole
surveillance: Évolution de la courbe d’hyperéosinophilie , Parasitologie des selles
Mesures hygiéno-diététiques: Oxyurose: traitement simultané de l’entourage, désinfection de la literie, brossage régulier des ongles Ascaridiase: hygiène corporelle et alimentaire Trichocéphalose: hygiène corporelle et alimentaire Ankylostomiase: éviter le contact de la peau avec le sol boueux Anguillulose: éviter le contact de la peau avec le sol boueux; traitement systématique avant corticothérapie chez un sujet suspect d’infestation Tæniase: cuisson suffisante des viandes de bœuf et de porc
Complications: Rechutes, récidives , Chronicisation , Dénutrition, carence martiale en cas de polyparasitisme ou d’infestation massive , Décès fréquent dans les formes malignes de l’anguillulose ,L’immunodépression favorise les formes graves.
Évolution et pronostic: Rechutes fréquentes , Pronostic des formes neurologiques et oculaires de la cysticercose médiocre .
autres PARASITOSE  :  Amibiase  /  Lambliase /  Trichinose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
2 × 7 =