Les contacts hommes/animaux Beaucoup des maladies émergentes humaines sont dues à l’exposition à des agents pathogènes zoonotiques.

L’émergence du coronavirus par contacts hommes animaux

La faune sauvage peut créer des réservoirs de maladies zoonotiques d’où peuvent émerger des agents inconnus jusque-là. La transmission à l’homme peut se faire à partir du réservoir animal primaire ou, indirectement, par l’intermédiaire d’hôtes secondaires ou tertiaires. Les virus Hendra et Nipah, par exemple, ont les chauves-souris (roussettes) comme hôtes primaires porteuses saines du virus. Du fait de la déforestation, ces chauves-souris frugivores ont dû se rapprocher des villages pour se nourrir alors qu’elles vivaient auparavant en écosystème forestier. Le virus Nipah a alors franchi la barrière d’espèce en contaminant le porc et l’homme. La maladie a conduit, en 1999, à 400 décès humains et à la disparition de 90 % du cheptel porcin de la Malaisie (CDC, 1999). L’émergence du coronavirus du Sras en Chine est très vraisemblablement liée à l’existence d’une ou de plusieurs sources animales. La cohabitation des humains et des animaux sur les marchés d’animaux non domestiques vivants est considérée comme l’événement déclencheur de cette épidémie (Bhattacharya et al., 2003).

L’émergence du coronavirus par contacts hommes animaux

#Coronavirus #Covid19  #Covid_19

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *