Hydrocéphalie

Hydrocephalie derivation valve VENTRICULO PERITONEAL du liquide cérébro-spinal SHUNT
Hydrocephalie derivation VENTRICULO PERITONEAL du liquide cérébro-spinal SHUNT

Le liquide céphalo-rachidien (LCR) est sécrété par les plexus choroïdes à partir du plasma sanguin, à un débit d’environ 500 mL/24 h. Il circule dans les ventricules cérébraux, les espaces sous-arachnoïdiens (crâne et rachis), les citernes de la base du crâne. Il est résorbé au niveau des sinus veineux crâniens par les granulations de Pacchioni.
Témoignant d’une altération de cette hydrodynamique, l’hydrocéphalie augmente le volume ventriculaire, ce qui élève la pression dans cet espace fermé et inextensible, avec un risque important d’hypertension intracrânienne (HTIC) et de troubles neurologiques (ischémiques et par compression vasculaire).
*Clinique:
L’hydrocéphalie aiguë se manifeste le plus souvent par une HTIC – céphalées, nausées, vomissements, troubles de la conscience
– avec ou sans retentissement visuel tel que : vision floue par œdème papillaire, éclipses visuelles, paralysie du nerf crânien VI
(diplopie binoculaire horizontale) de valeur topographique non spécifique ; ou par un regard en coucher de soleil chez l’enfant. L’absence d’œdème papillaire au fond d’œil n’élimine pas une HTIC.
Chez le nouveau-né et le nourrisson, elle peut entraîner un bombement de la fontanelle, une macrocéphalie avec ou sans disjonction des sutures (intérêt de la mesure du périmètre crânien, augmenté au-delà de 2 déviations standard) et aboutir à un retard des acquisitions psychomotrices. Le fond d’œil recherche un œdème papillaire caractéristique.
la forme chronique de l’adulte (ancienne hydrocéphalie à pression normale) touche surtout les hommes, après 60 ans.
Le traitement : L’hydrocéphalie Aiguë, c’est une urgence nécessite un avis neurochirurgical. Le traitement consiste, selon la cause, à mettre en place une dérivation ventriculaire externe ou interne
(ventriculo-péritonéale ou ventriculo-atriale) ou à pratiquer une ventriculocisternostomie.
Les complications (infectieuses et hémorragiques, échec de la procédure) étant fréquentes (20 %), la surveillance est nécessaire tous les mois au cours des 6 premiers mois, puis tous les ans : recherche de signes d’HTIC, mesure du périmètre crânien et du développement psychomoteur chez l’enfant. Elle concerne aussi l’état cutané en regard du matériel et la vérification de la valve par pression manuelle.
En cas de dysfonctionnement, radiographies et scanner du montage s’imposent.
hydrocéphalie congénitale hydrocephalus treatment, derivation Lombo peritoneal,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *