Conséquences fonctionnelles de la destruction myélinique dans la sclerose en plaque
Neurologie

Conséquences fonctionnelles de la destruction myélinique

  1. Le phénomène initial conduisant à la formation des plaques est la rupture de la barrière hémato-encéphalique, permettant l’invasion du système nerveux central (SNC) par des cellules inflammatoires.
  2. La démyélinisation survient secondairement. Elle a pour conséquences
    • La diminution de la résistance électrique membranaire
    • Des difficultés de transmission de l’influx nerveux d’un segment rétreci vers un segment dilaté et la mise en contact de segments axonaux nus les uns avec les autres
    • La consommation d’énergie est augmentée et la conduction est plus sensible aux variations thermiques.
    • Le passage de la conduction continue du segment nu vers le segment normal entraîne des distorsions dans la transmission du message.
    • Le contact qui s’établit entre différents axones nus est à l’origine du phénomène d’éphase pouvant expliquer la possibilité de phénomènes productifs tels que les symptômes sensitifs.
  3. La remyélinisation est possible, la myéline néoformée pouvant elle-même être l’objet d’un nouvel épisode de démyélinisation ; d’où l’épuisement du réservoir de cellules myélinisantes, la perte axonale et la formation d’une gliose astrocytaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
27 + 20 =