PHARYNGITE cours d’ORL Oto-rhino-laryngologie

Définition: Inflammation du pharynx le plus souvent aiguë, parfois chronique. L’infection par le streptocoque ß-hémolytique du groupe A est la forme la plus grave du fait de ses complications articulaires, rénales et cardiaques. pic de fréquence de l’infection streptococcique, entre 5 et 18 ans. 

1- Pharyngite aiguë 

  1. Infection virale: rhinovirus, adénovirus, virus para-influenzæ, virus coxsackie, coronavirus, échovirus, virus de l’herpès simplex, virus d’Epstein-Barr, cytomégalovirus 
  2. Infection bactérienne: streptocoque ß-hémolytique du groupe A, Neisseria gonorrhoeæ, Hæmophilus influenzæ, Branhamella catarrhalis, autres streptocoques 
  3. Phase de début ou infection d’accompagnement de la rougeole, de la scarlatine, de la rubéole… 
  4. Étiologie physique: brûlure thermique, acide… 

2- Pharyngite chronique 

  1. Faiblesse constitutionnelle de la muqueuse 
  2. Exposition chronique à des facteurs exogènes: poussière, brûlure chimique, chaleur, changement important de température, travail exposé aux courants d’air, air sec mal ventilé, air conditionné, intoxication alcoolo-tabagique, abus de gouttes nasales 
  3. Facteurs endogènes: respiration buccale, obstruction nasale, sinusite chronique, hypertrophie des végétations adénoïdes 
  4. Troubles endocriniens: ménopause, hypothyroïdie, diabète 
  5. Avitaminose A 
  6. Insuffisance respiratoire 
  7. Bronchite chronique 
  8. Allergie muqueuse et mauvaise utilisation de la voix chez les professeurs, politiciens, conférenciers, chanteurs…

Signes cliniques : 

1- Pharyngite aiguë (forme catarrhale aiguë) 

  • Douleur à la déglutition 
  • Sensation de sécheresse pharyngée 
  • Irritation pharyngée 
  • Impression de corps étranger avec prurit et brûlures 
  • Raclement de gorge 
  • Crise de toux 
  • Sensation de malaise plus ou moins intense 
  • Fièvre fréquente chez l’enfant 
  • Durée des symptômes: plusieurs semaines en cas d’infection virale 
  • En général, inflammation de tout le pharynx (rhino-, oro- et hypopharynx) 

2- Pharyngite chronique 

  1. Pharyngite chronique simple raclement de gorge crise de toux sensation de sécheresse ou d’encombrement du pharynx par des mucosités gêne et douleur à la déglutition douleur cervicale variable, intermittente pas de fièvre pas de signes généraux .
  2. Pharyngite chronique hyperplasique (granuleuse) : muqueuse de la paroi postérieure du pharynx épaissie et granuleuse (saillie de follicules solitaires) , pharynx rouge pâle à gris,  dilatations veineuses pharyngées, hypersécrétion muqueuse, muqueuse épaissie , raclement de gorge , mouvements de déglutition fréquents , sensation de striction , parfois vomissement, nausées .
  3. Pharyngite chronique atrophique : paroi postérieure du pharynx très sèche , parfois le siège de croûtes épaisses , muqueuse rouge pâle, lisse et transparente ou rouge et épaissie , souvent rhinite atrophique et/ou laryngite , crachats fréquents, épais , impression de gêne respiratoire nocturne et troubles du sommeil , raclement de gorge constant à l’origine de petits saignements muqueux , les signes varient avec les conditions atmosphériques (amélioration au bord de la mer, aggravation lorsque l’air est chaud et sec) · atteinte préférentielle des sujets âgés

Étiologie: facteurs de risque: en cas d’antécédent familial de rhumatisme articulaire aigu, risque majoré de complication au cours d’une infection par le streptocoque ß-hémolytique non traitée 

Immunodépression Altération de l’état généralAsthénie Tabagisme Alcoolisme Diabète Épidémie à streptocoque ß-hémolytique du groupe A Jeune âge et séjour en crèche pour les nourrissons Antécédents familiaux Maladie générale récente Pratiques sexuelles orales 

Diagnostic différentiel: 

  1. Maladie de Gougerot-Sjögren = sialadénose 
  2. Syndrome de Plummer-Vinson 
  3. Tumeur maligne du pharynx, de l’œsophage 
  4. Spondylarthrite cervicale 
  5. Inflammation de la bourse de Tornwaldt (due à la persistance de la dépression de la partie médiane de l’amygdale pharyngée qui donne naissance à une poche du toit du rhinopharynx ou de la paroi pharyngée postérieure contenant des débris, des sécrétions brun-jaune et des débris cellulaires) 
  6. Syndrome de la styloïde longue 
  7. Hypertrophie des queues des cornets 
  8. Polype choanal 
  9. Cause neuropsychique.

Examens complémentaires :

  1. Prélèvements bactériologiques (infection à streptocoque ß-hémolytique du groupe A)
  2. ASLO
  3. NFS (hyperleucocytose)
  4. Rechercher toujours une pharyngite spécifique.
  5. Recherche d’infection streptococcique
  6. Recherche d’infection gonococcique
  7. Culture de virus sur milieux spéciaux
  8. Sérologie Epstein-Barr

Traitement :

  1. Pharyngite aiguë : traitement curatif: antibiothérapie , traitement symptomatique: lait chaud additionné de miel , irrigation pharyngée inhalation mentholée , arrêt du tabac , humidification de l’air
  2. Pharyngite chronique : traitement d’une cause locale ou générale , traitement symptomatique: humidification de la muqueuse pharyngée par inhalations , gargarisme et bains de bouche (hexétidine) , dans certains cas, cautérisation de la paroi postérieure du pharynx
  3. Abcès péri-pharyngés: drainage chirurgical

si infection à streptocoque, oracilline pendant 10 j; en cas d’allergie, érythromycine ou éventuellement triméthoprime-sulfaméthoxazole , Antibiothérapie adaptée à une éventuelle étude bactériologique avec antibiogramme , Céphalosporines , mononucléose infectieuse .

Complications:

Septicémie Rhinite Sinusite Rhumatisme articulaire aigu Glomérulonéphrite post-streptococcique Abcès péri-pharyngé Infection systémique Otite moyenne Pneumonie

Évolution : en  principe patient non contagieux après 24h d’antibiothérapie bien conduite

  • Infection pharyngée à streptocoques: pic fébrile au 2-3ème jour et amélioration en 5 à 7 j
  • Guérison en 3-4 j dans les formes traitées

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
17 − 8 =