Acro-ostéolyse de l’adulte

Acro-ostéolyse de l’adulte


Definition: Le terme d’acro-ostéolyse décrit la destruction d’une partie de la phalange distale des doigts et des orteils, le plus souvent bilatérale.
Les rares formes primitives ne doivent être retenues qu’après avoir éliminé une forme acquise secondaire à une affection médicale, un toxique ou un traumatisme.
L’enquête clinique et biologique est fondamentale car les radiographies sont le plus souvent peu spécifiques.

Pathogénie :
La pathogénie de l’acro-ostéolyse est encore inconnue.
Les facteurs délétères sont probablement multiples devant la variété de survenue après des traumatismes thermiques ou biomécaniques, comme à la suite d’affections vasculaires ou neurologiques.
L’occlusion vasculaire joue certainement un rôle majeur dans le développement de l’ostéolyse.

Clinique :
Précocement, une acro-ostéolyse peut se révéler par des signes fonctionnels, comme des acroparesthésies, des douleurs sourdes ou des modifications vasomotrices des doigts.
Dans les acro-ostéolyses familiales, la douleur est un signe remarquable.
Le raccourcissement des phalanges distales donne une apparence de pseudohippocratisme digital.
Une déformation en pince de l’ongle est possible après acro-ostéolyse post-traumatique.
Dans les cas sévères, l’ongle peut être détruit.
Les orteils sont fréquemment touchés dans les affections avec troubles neurologiques.
La déformation et la destruction des doigts s’accompagnent de troubles trophiques et des ulcérations des parties molles.

Radiologie :
L’aspect radiologique de l’acro-ostéolyse est peu spécifique.
Néanmoins deux variétés doivent être individualisées : l’acroostéolyse transversale en bande et l’acro-ostéolyse longitudinale.
Elles permettent une ébauche d’orientation diagnostique mais elles peuvent être associées.

A – FORME TRANSVERSALE :
Dans la forme transversale, la diaphyse de la phalange distale présente une ostéolyse en bande, alors que la base et la houppe sont préservées.
Une fragmentation de la houppe peut entraîner sa disparition quasi totale, traduisant une acronécrose.
La forme transversale est plutôt évocatrice des intoxications au chlorure de vinyle et à certains venins, des formes congénitales familiales ou idiopathiques.

B – FORME LONGITUDINALE :
Dans l’acro-ostéolyse longitudinale, la résorption de la houppe et de la diaphyse, qui semblent fondre de façon concentrique, aboutit progressivement à un aspect en « sucre d’orge sucé » ou en « crayon taillé ».
Cette variété d’acro-ostéolyse est plus volontiers retrouvée dans la sclérodermie, l’hyperparathyroïdie primaire ou secondaire, le rhumatisme psoriasique et les gelures.
L’ostéolyse peut s’étendre aux métacarpiens et aux métatarsiens dans les affections avec troubles neurologiques.

C – SIGNES ASSOCIÉS :
Les éventuelles anomalies associées sur les radiographies des mains et des pieds peuvent fournir d’importants éléments d’orientation étiologique (résorption sous-périostée d’une hyperparathyroïdie , calcinose des parties molles dans le cadre d’une sclérodermie, arthrite érosive psoriasique ou d’une polyarthrite rhumatoïde…).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *