CHONDROCALCINOSE ARTICULAIRE : Pseudo-goutte
Rhumatologie

CHONDROCALCINOSE ARTICULAIRE  : Pseudo-goutte
chondrocalcinose articulaire

Définition: La chondrocalcinose articulaire (CCA) est une arthropathie microcristalline caractérisée par des dépôts intra-articulaires de pyrophosphate de calcium. La CCA peut être à l’origine d’arthrite aiguë (pseudo-goutteuse) ou d’arthropathie chronique. 80% des patients souffrant de CCA sont âgés de plus de 60 ans. prédominance féminine .

Étiologie

  1. CCA primitive 
    • Forme idiopathique sporadique: la plus fréquente 
    • Formes familiales ( génétique ) facteurs héréditaires: La majorité des cas sont sporadiques; il existe des formes familiales avec une transmission autosomique dominante à pénétrance variable. Mutations de ANKH dans 2 familles américaines de chondrocalcinose USA. Retrouvez l’abstract en ligne .Dans 2 familles américaines de chondrocalcinose (une d’origine britannique et l’autre suisse allemande ) à transmission autosomale dominante le phénotype était lié au chromosome 5p15.1. Une mutation en position 5 du gène ANKH a été identifiée. Tous les membres atteints étaient hétérozygotes pour cette variante et la mutation était absente chez 204 contrôles. Les 2 familles qui avaient des haplotypes différents n’étaient pas liées entre elles. (1)
  2. CCA secondaire 

Facteurs de risque: 

Description clinique : 

  1. Manifestations aiguës, pseudo-goutteuses – Monoarthrite aiguë, plus rarement oligoarthrite, de survenue brutale, parfois fébrile – Genou, poignet, cheville, hanche, épaule – Atteinte rachidienne: spondylodiscite aseptique par localisation discale 
  2. Manifestations subaiguës et chroniques – Atteinte polyarticulaire chronique, destructrice, simulant une polyarthrite rhumatoïde – Arthropathies chroniques réalisant un tableau d’arthrose, mais avec des lésions plus destructrices et érosives – Hydarthrose chronique, hémarthrose (genou, épaule) – Arthropathies destructrices rapides (disparition en moins de deux mois de 50% de l’interligne articulaire): hanche, genou et, plus rarement, épaule

Diagnostic différentiel: 

  1. Arthrite septique 
  2. Goutte 
  3. Rhumatisme à hydroxyapatite 
  4. Maladie de Lyme 
  5. Rhumatismes inflammatoires et, plus particulièrement, la polyarthrite rhumatoïde

Examens complémentaires :

  • Hyperleucocytose et syndrome inflammatoire lors des manifestations aiguës
  • CCA secondaire:
    • Hyperparathyroïdie: hypercalcémie, hypophosphorémie
    • Goutte: hyperuricémie
    • Hémochromatose: augmentation du fer sérique et de la capacité de saturation de la sidérophiline
    • Hypophosphatasie: phosphatases alcalines nulles.
  • Ponction articulaire : Arthrite (> 1500 éléments/mm³) aseptique , dépôts de pyrophosphate de calcium sur les ménisques, la synovialemise en évidence de cristaux de pyrophosphate de calcium: bâtonnets parallélépipédiques à bouts carrés, intra- et extracellulaires, de 5 à 20 <u>m de long, faiblement biréfringents en lumière polarisante
  • Imagerie: 1- Liseré calcique articulaire, calcification des fibrocartilages
    • Genoux de face: liseré articulaire et méniscal
    • Mains de face: calcification du ligament triangulaire du carpe
    • Bassin de face: calcification de la symphyse pubienne, liseré coxofémoral
    2- Arthropathies destructrices proche de l’arthrose

Diagnostique: Le diagnostic repose soit sur la présence de signes radiologiques évocateurs, soit sur la mise en évidence de cristaux de pyrophosphate de calcium.

Traitement :

  • Traitement symptomatique
  • Mesures hygiéno-diététiques: Supplémentation d’apports en magnésium en cas d’hypomagnésémie avérée et chronique
  • Repos en cas de manifestations invalidantes
  • AINS, antalgiques périphériques
  • Infiltration intra-articulaire de corticoïde-retard
  • Synoviorthèse isotopique en cas d’hydarthrose récidivante résistant à trois infiltrations cortisoniques
  • Colchicine (1 mg/j) dans les arthrites aiguës récidivantes ainsi qu’en cas de manifestations subaiguës simulant la polyarthrite rhumatoïde
  • Intérêt du lavage articulaire dans les arthropathies chroniques et les hydarthroses chroniques
  • Kinésithérapie
  • Balnéothérapie
  • Chirurgie prothétique dans les formes articulaires évoluées

Surveillance:

  • Dans les manifestations aiguës, évaluation de l’efficacité et de la tolérance 48 à 72 heures après l’institution du traitement, puis à 1 semaine
  • Dans les formes chroniques, fonction de la gêne fonctionnelle

Complications:

  1. Arthropathie destructrice rapide
  2. Destruction articulaire progressive des articulations portantes nécessitant la mise en place de prothèses.

Évolution : Les formes aiguës sont rapidement résolutives sous AINS .

bibliographie : (1) Arthritis Rheum. 2003 Sep;48(9):2627-31 ref

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
10 + 22 =