PROSTATITE
Urologie néphrologie

PROSTATITE anatomie de la prostate
 PROSTATITE

Prostatitis Cancer: Genitourinary: Prostate
Définition: Inflammation de la glande prostatique chez l’ homme, généralement d’origine infectieuse. peut être  associée à un adénome prostatique ou autres infections urinaires ,On distingue :
La prostatite aiguë bactérienne: généralement associée à une infection urinaire, à début brutal 
La prostatite chronique bactérienne: cause fréquente d’infections urinaires récidivantes 
La prostatite non bactérienne: prostatite chronique sans germe mis en évidence 
La prostatodynie: signes et symptômes de prostatite sans inflammation ni germe
Épidémiologie : Facteurs de risque: age > 50 ans , lithiase prostatique , infection urinaire , immunodépression  , diabète .Surtout patients age entre 30 et 50 ans, sexuellement actifs , les formes chroniques sont plus fréquentes après 50 ans , la fréquence augmente avec l’âge; possible infection d’un adénome prostatique .
Étiologie
Prostatite aiguë et chronique  Infection urinaire ascendante par l’urètre Reflux d’urine dans les canaux prostatiques Inoculation directe lors d’un cathétérisme urétral rétrograde, d’une biopsie prostatique (surtout par voie transrectale) Infection par voie hématogène Lithiase prostatique Germes responsables: Escherichia coli (80%), Pseudomonas, Klebsiella, Proteus, Enterobacter, Streptococcus fæcalis, Staphylococcus aureus Germes dont la responsabilité est suspectée: Staphylococcus epidermidis, Micrococci, Streptocoques n’appartenant pas au groupe D 
Prostatite non bactérienne : chlamydia ou mycoplasme suspectés, non prouvés .Prostatodynie : méconnus, problème psychologique (anxiété, dépression).
Signes cliniques : 
Prostatite aiguë : fièvre , frissons, prostate très douloureuse, tendue , douleur lombaire, pollakiurie , dysurie, rétention aiguë d’urines , parfois septicémie 
Prostatite chronique : souvent paucisymptomatique ,douleur périnéale dysurie , brûlures mictionnelles , douleurs pelviennes ou lombaires , douleurs scrotales , éjaculation douloureuse , hématospermie, infections urinaires et bactériuries récidivantes .
Prostatite non bactérienne: signes identiques 
Prostatodynie : douleurs pelviennes , vidange douloureuse .
Diagnostic différentiel: 
Cystite Urétrite Pyélonéphrite Calcul obstructif Corps étranger urétral
Examens complémentaires : Bactériologie: ECBU (premier jet), produit de massage prostatique, voire hémocultures , examens normaux en cas de prostatodynie Augmentation transitoire possible du PSA
Échographie prostatique: prostate augmentée de volume, hétérogène, avec lithiases, parfois abcès Le bilan doit être complété à distance pour rechercher une étiologie (UIV avec clichés permictionnels).
Mesures générales: Antibiothérapie efficace sur les germes incriminés et diffusant bien dans la prostate Anti-inflammatoires, antalgiques Maintien d’une hydratation et d’une diurèse suffisantes Cathéter sus-pubien en cas de rétention d’urine Éviter les manœuvres endo-urétrales à la phase aiguë Résection endoscopique de prostate en cas de prostatite chronique Drainage en cas d’abcès (ponction échoguidée, chirurgie conventionnelle) Prostatodynie: pas de traitement médicamenteux
Les indications : 
Prostatite aiguë
Formes graves: antibiothérapie parentérale associant une céphalosporine de 3ème génération (ou une fluoroquinolone) à un aminoside, jusqu’à disparition des signes infectieux; relayés par le cotrimoxazole ou une fluoroquinolone orale
Formes moins sévères: traitement oral d’emblée par une fluoroquinolone systémique ou le cotrimoxazole , la durée minimale du traitement doit être dans tous les cas de 4 à 6 semaines.
Prostatite chronique: fluoroquinolones pendant au moins 6 semaines + antiseptiques urinaires
Prostatite non bactérienne: fonction du contexte, de traitements antérieurs (tétracyclines, érythromycine, cotrimoxazole)Antalgiques, anti-inflammatoires stéroïdiens ou non stéroïdiens  
Surveillance: Surveillance Régulièrement à la phase aiguë , ECBU à distance du traitement , bilan urologique éventuel à distance .Prévention par antiseptiques (ou antibiotiques) urinaires au cours des manœuvres endoscopiques ou des biopsies prostatiques
Complications: Abcès Sepsis systémique Rétention d’urine Chronicisation
Évolution : Souvent difficile à traiter; d’évolution parfois chronique PSA: antigène prostatique spécifique prostate, prostate cancer, Prostatitis and Prostate Cancer Center, Cancer center, peenuts, doctor wheeler, prostate doctor

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *