Le syndrome d’Ehlers-Danlos

GÉNÉTIQUE 
Le syndrome d’Ehlers-Danlos
Definition :  Anomalies du métabolisme des fibrilles de collagène avec différentes mutations génétiques concernant le collagène de type I, III et V ainsi que différentes enzymes du métabolisme du collagène.Il existe 3 mécanismes fondamentaux impliqués dans le syndrome d’Ehler-Danlos : soi il s’agit d’un déficit enzymatique, d’une mutation des chaînes alpha, ou  une insuffisance haploïde
Signes cliniques :   une hyperlaxité articulaire, une hyperélasticité de la peau et une fragilité tissulaire se traduisant par des ecchymoses faciles, des cicatrices atrophiques et une rupture prématurée des membranes lors de la grossesse. Déficits enzymatiques aboutissent à la formation de fibrilles de collagènes anormales expliquant les anomalies cliniques sévères et précoces. Déficit en lysyl-hydroxylase, l’absence de résidus lysines empêche la formation de ponts intermoléculaires entre les trimères de collagène.Déficit en procollagène peptidase interdit le clivage normal des parties NH2 terminales des chaînes de procollagène.Classification de Villefranche Type Clinique Transmission Gène défectueux Type I/II classique Hyperlaxité peau et articulations, cicatrices atrophiques, ecchymosesAutosomique dominantCOL5A1
COL5A2Type III hyperlaxité Laxité articulaire, douleurs, luxationsAutosomique dominantinconnueType IV vasculaire Peau très fine, rupture artérielle ou utérine, ecchymoses, hyperlaxité des petites articulationsAutosomique dominantCOL3A1Type VI cyphoscoliose Hypotonie, laxité articulaire, scoliose congénitale, fragilité oculaireAutosomique récessifLysyl-hydroxylaseType VIIa et b arthrochalasie Laxité articulaire sévère, laxité modérée de la peau, scoliose, ecchymosesAutosomique dominantCOL1A1
COL1A2Type VIIc dermatosparaxsis Fragilité sévère de la peau, cutis laxa, ecchymosesAutosomique récessifProcollagène N-peptidaseLes mutations du collagène I, III et V entraînent divers formes du syndrome d’Ehler-Danlos.
La mutation la plus fréquente est COL3A1 qui concerne la forme létale vasculaire du syndrome d’Ehler-Danlos. Cette mutation provoque un bouleversement de la triple hélice de collagène.

Le collagène III est constitué de trimères et dans le syndrome d’Ehler-Danlos près de 90% des trimères alpha 1 contiennent une ou plusieurs chaînes alpha mutées. Les trimères contenant les chaînes mutées ne sont pas secrétés et sont soit dégradées soit stockées dans le compartiment intracellulaire.

Le collagène III :  composant important des parois artérielles et intestinales.

L’insuffisance haploïde du gène COL5A2 est la plus fréquente.Le collagène V un composant mineur du collagène de la peau, des tendons et des ligaments, il semble jouer un rôle important dans l’intégrité biochimique de la matrice collagène.

L’une de ses fonctions importante est la limitation du diamètre des fibrilles. Dans le syndrome d’Ehler-Danlos, on a une augmentation de 25% du diamètre des fibrilles et des rares fibrilles composites appelées collagène chou-fleur.
La chaîne alpha 1 du collagène V a un domaine non hélicoïdal NH2 terminal plus grand que les autres qui semble responsable de cet effet.
Ce domaine fait protrusion à la surface des fibrilles et sa charge négative limite la croissance des fibrilles dès qu’un nombre critique de trimères de collagène V est incorporé.

mots : Ténascine X , syndrome d’Ehler-Danlos ,collagène

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *