ictus amnésique: C’est un trouble de la mémoire rare et habituellement bénin. Toutefois, sa survenue est souvent vécue comme un traumatisme par les patients et leur entourage. Les victimes s’interrogent notamment sur le risque de récidiver ou de développer une maladie neurodégénérative ou cérébrovasculaire.

Critères diagnostiques d’un ictus amnésique

Présence d’un témoin fiable pendant la majeure partie de l’épisode

Nette atteinte de la mémoire antérograde pendant l’épisode

Trouble cognitif limité à l’amnésie, sans syndrome confusionnel ni perte de l’identité personnelle

Pas de signe neurologique focal d’accompagnement pendant l’épisode ou son décours immédiat

Absence de caractéristique épileptique

Résolution en moins de 24 heures

Exclusion des patients ayant eu un traumatisme crânien récent ou une épilepsie active

Les Causes:

Une étiologie cérébrovasculaire doit être suspectée soit lorsque les épisodes sont de quelques minutes (AIT), soit au contraire lorsqu’ils sont durables et/ou s’accompagnent d’autres signes neurologiques ou cognitifs. L’IRM est indispensable. Un hypersignal étendu en diffusion et ADC est évocateur, surtout s’il est associé à l’apparition retardée d’un hypersignal FLAIR.

Le contexte, la sémiologie et les examens biologiques permettent de reconnaître des amnésies d’origine psychogène, métabolique (hypoglycémie) ou toxique (effet indésirable de certains hypnotiques ou inducteurs du sommeil, comme le zolpidem, le lormétazépam…).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.